Articles de presse

 

Gazette du PP Septembre 2012

« … À Futeau, concert de musique de chambre. L’an passé, j’avais regretté de n’avoir pu assister au concert que ceux qui l’avaient entendu avaient trouvé génial, je me suis dit : on ne m’aura pas deux fois. On verra bien, ça peut être pas mal. Pas mal ? Fantastique ! Réellement. Si j’avais su, je serais venu la veille également. Jolie petite église au demeurant, en néobaroque. Un plafond en lattes de bois donne une acoustique du tonnerre de Dieu (peut-être un peu trop ?). Au menu : les brumes du Nord. Tout d’abord une sonate pour violon et piano de Grieg. La violoniste Claire Dassesse, Bruxelloise de 23 ans, petite, mais avec toute la fougue de sa jeunesse nous a emporté vers … Peu importe…. »

1er mai 2012 Le Soir

« Claire Dassesse, un son, une voix,

Il est toujours redoutable pour les musiciens belges de se présenter au Concours Reine Elisabeth, tant son importance supposée s’est inoculée dans l’inconscient collectif. Mais depuis les quasi victoires de Lorenzo Gatto et Yossif Ivanov, tous les espoirs sont permis. A l’écoute de la première candidate belge en lice, Claire Dassesse, qui ouvrait la soirée de lundi, on se prend même à rêver d’une nouvelle école belge de violon.

Haute comme trois pommes, la jeune Bruxelloise de 22 ans, simplement drapée d’une robe noire, impose d’emblée une sonorité pleine, charnelle. Le tempo de sa Première sonate de Bach est peut-être un peu lent, avec une tendance, au départ, à distendre la polyphonie, à lisser les plans sonores. Mais très vite, tout cela se met en place. Au milieu de la fugue, la jeune artiste entre en vibration avec la sublime acoustique de Flagey, et on se laissa aller à écouter la la saveur des coups d’archet, la plénitude du son, sa musicalité confondante, intérieure.

Avec cette sonorité, elle s’autorise à muser la cantilène qui ouvre le Vingtième caprice de Paganini, avant de se jouer des chausse-trappes du diabolique compositeur. Résonance lumineuse d’une tonique en contrepoint d’une mélodie qui virevolte ; attaques de cordes franches, sans agressivité ; passages de cordes agiles ; articulation souple, soignée. Et toujours, cette belle richesse harmonique qui habite le retour du thème, pastoral.

Petite baisse de régime ensuite, dans le premier mouvement du Concerto en ré mineur de Schumann, imposé de l’épreuve redouté pour ses traits. Claire Dassesse en savonne d’ailleurs quelques-uns. Il est vrai, son accompagnateur, Thomas Koch, dans un souci louable de se tenir en retrait, ne lui donne pas d’assise rythmique suffisante. Mais lorsque le calme revient, la jeune violoniste se rassérène et récupère son lyrisme, qu’elle impose finalement dans une belle projection sonore. A travers l’instrument, on l’entendrait même chanter. Une révélation ! »

Carrefour de Colley-Bossy Mars 2011

« Ce concert s’est tenu le dimanche 6 mars 2011 à la salle communale de Collex-Bossy 
Comme chaque année, la Sinfonietta, formée d’une quarantaine de musiciens sous la baguette experte de Benoît Willmann, nous a offert son traditionnel concert annuel à la salle communale, avec des oeuvres de Giuseppe Martucci, Piotr Illich Tchaïkovski et Wolfgang Amadeus Mozart. 
Ce fut un émerveillement pour les oreilles d’entendre notamment la soliste, Claire Dassesse, au violon, dont la virtuosité promet une belle carrière. »